La jeune fille et la mort, le poème

La jeune fille et la mort de Franz Schubert est inspirée du poème de Matthias Claudius (1740-1815). Ce quatuor à cordes en ré mineur D. 810 (mars 1824) est généralement considéré comme son plus achevé.

Texte allemand

Das Mädchen

Vorüber! Ach, vorüber!

Geh wilder Knochenmann!

Ich bin noch jung, geh Lieber!

Und rühre mich nicht an.

 

Der Tod

Gib deine Hand, du schön und zart Gebild!

Bin Freund, und komme nicht, zu strafen.

Sei gutes Muts! ich bin nicht wild,

Sollst sanft in meinen Armen schlafen!

 

Texte français

La Jeune Fille

Va-t’en, ah, va-t’en!

Disparais, odieux squelette!

Je suis encore jeune, disparais!

Et ne me touche pas! »

 

La Mort

Donne-moi la main, douce et belle créature!

Je suis ton amie, tu n’as rien à craindre.

Laisse-toi faire! N’aie pas peur

Viens sagement dormir dans mes bras

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.